AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Talk is difficult, but without that, life is not possible [Aaron]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage





Date d'inscription : 22/03/2011
Messages : 53
Job : Généticienne, puis psy, puis... Ne sais plus.
Âge du perso : 35 ans
Libre pour RP ? : Off course !
Avatar : Elizabeth Mitchell
Credits : Lily
ID : Never say never
Age : 41
Localisation : Quantico




MessageSujet: Talk is difficult, but without that, life is not possible [Aaron]   Mer 30 Mar - 10:07

    Nous revenions tout juste de Miami, d'une enquête assez compliquée, la première pour moi en dehors du Ripper pour être honnête. Ca m'avait fait tout drôle de bosser sur un vrai cas, mais je ne sais pas si je serais capable de l'assumer sur le long terme. Je n'ai pas ce qu'il faut pour m'accrocher comme ça. Je le sais, je le sens au plus profond de moi même. Bien sûr que ce job me plaît, mais peut être pas assez pour le faire toute ma vie, du moins une grande partie. Et puis beaucoup de choses rentrent en ligne de compte maintenant. Il y a ce baiser, et cette attirance réciproque entre Aaron et moi. Je sais que nous ressemblons vaguement à deux ados de 15 ans qui s'envoient un texto à la récré pour savoir s'il veut bien sortir avec moi. Toujours est il que nous avons encore moins confiance en nous que ces ados là. Nous sommes des enfants sentimentalement parlant. Nous avons peur de tout, et surtout de l'abandon. A nouveau. Ou bien de revivre une mauvaise expérience dans mon cas. Je sais qu'Aaron est différent. Même si nous nous étions accrochés en repartant de Miami, pour cette histoire d'intervention auprès du suspect, voila pourquoi je ne suis pas faite pour ce job, je crois encore que le dialogue me permettra de m'en sortir. Maintenant je comprends mieux pourquoi Reid n'arrête jamais les suspects lui même ! Déjà il n'a pas la carrure, et en plus il n'a pas ce qu'il faut pour montrer à son interlocuteur qu'il sait ce qu'il fait.

    Nous voila donc chez lui, dans son propre appartement, nous devions discuter de notre avenir, à tous les deux. Ce n'est pas un rencard, c'est une discussion importante entre deux adultes matures, enfin dits matures. Je sais qu'Aaron a la tête sur les épaules et c'est ce qui me rassure quelque part. J'ai besoin de ça. Moi je suis prête à renoncer à m'engager à la BAU, quoi qu'il en soit je ne sais pas si j'aurais signé. La proposition était intéressante mais je ne voulais pas m'engager pour satisfaire mon égo de carrière professionnelle, mais pouvoir aider les gens. Entrant dans l'appartement, Jack accourut vers son père, ce qui me fit sourire, sincèrement. J'admirais toujours autant la relation qui unissait les deux garçons. Puis il descendit de ses bras pour venir m'embrasser.

    Salut bonhomme.

    Après un bonne nuit collectif, il parti se coucher avec Jessica, qui vint nous saluer avant de partir, une fois qu'il fut couché. J'avais toujours mon blouson sur le dos. Timide, je l'étais, comme l'impression d'être une gamine de 15 ans chez son premier petit copain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://greysanatomyrpg.forumactif.com





Date d'inscription : 24/02/2011
Messages : 73
Job : Profiler / Chef D'équipe au FBI
Âge du perso : 36 ans
Libre pour RP ? : Oui
Avatar : Thomas Gibson
ID :




MessageSujet: Re: Talk is difficult, but without that, life is not possible [Aaron]   Mer 30 Mar - 16:00

    Une enquête de plus de bouclée. Des meurtres, des victimes, un suspect derrière les barreaux, c'était devenue une sorte de rituel routinier pour nous. Nous avions l'habitude de partir régulièrement en enquête aux quatre coins du pays pour aider des autorités trop dépassées par l'horreur de l'homme. Je ne sais pas combien de temps nous pourrons encore faire sa sans que l'on devienne des sortes de robots capable de mettre en place un profil et ne plus être toucher par le monde et la cruauté qui nous entoure. Je crois que le jour ou on ne sens plus nos tripes remontés lorsqu'un cadavre dégage une odeur nauséabonde, il sera grand temps pour chacun de nous de se retiré. On ne s'habitue jamais aux horreurs que l'ont voit tout les jours ou alors si on commence à s'y habituer c'est qu'on es plus fait pour être traqueur mais devenir le traquer.

    Nous rentrons donc de cette enquête assez pénible pour laquelle nous avions eu d'abord du mal à mettre en place un profil. J'essayais une fois le pas de ma porte passé de penser à autre chose, et me concentrer sur mon fils, et uniquement lui. Ce n'est pas toujours très facile je vous l'accorde, cependant c'est mieux pour son équilibre. Je ne me vois pas étudier un dossier pendant que mon fils joue aux petites voitures à côtés. Je voulais le protéger au maximum. Comme tout enfant, il savait qu'il y avait sur terre des méchants et des gentils, cependant je voudrais qu'il ignore autant de temps que possible jusqu'à quel point les méchants peuvent commettre de telles atrocités. Alors quand je rentrais à la maison, je me contentais de rattraper mon fils qui voulais que je le prenne dans mes bras, et de l'embrasser sur la tempe comme je l'ai fait à l'instant. Ou parfois, je vais l'embrasser dans son lit car je suis rentré trop tard et qu'il as encore besoin de sommeil.

    « Bonsoir mon chéri. Regarde qui es la. Tu dis bonsoir à Elena? »

    Il acquiessa de la tête et descendis de mes bras pour aller lui faire un bisous. Je posa ma mallette à terre et mes clefs dans l'entrée. Je retira ma veste que je mis sur le porte manteau et en profita pour embrasser Jack une deuxième fois qui partait au lit. Jessica revint quelques minutes plus tard pour nous saluer. Je la remercia une fois encore de son aide qui m'es bien précieuse. Je me demande comment je ferais sans elle. Puis je montra le canapé à Elena pour qu'elle prenne place.

    « Ne te gène pas. Jack est content de t'avoir vus, même si ce n'est qu'une minute. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





Date d'inscription : 22/03/2011
Messages : 53
Job : Généticienne, puis psy, puis... Ne sais plus.
Âge du perso : 35 ans
Libre pour RP ? : Off course !
Avatar : Elizabeth Mitchell
Credits : Lily
ID : Never say never
Age : 41
Localisation : Quantico




MessageSujet: Re: Talk is difficult, but without that, life is not possible [Aaron]   Mer 30 Mar - 16:16

    Voila quelques mois que je n'avais pas revu le petit Jack. Le fils d'Aaron avait réellement tout de son père dans le sens où il organisait ses jouets comme des bouquins sur l'espace qui lui était réservé sur le bureau. Tout comme Aaron, il avait un sens de l'ordre bien établi pour son âge. Je me souviens de Cameron à 5 ans, c'était plutôt "plus y en a partout, et mieux c'est !". Il a dû hériter ça de son père, tout comme ses yeux sombres.
    Jessica le couche et nous salue. Elle n'emet aucun jugement, pourtant il s'agit de la soeur d'Haley, et vu la ressemblance, on ne peut pas les louper. J'admire cette ouverture d'esprit. Après tout elle pourrait faire la guerre à Aaron, ça n'aurait pas été facile mais ça aurait eu le mérite d'être compréhensible quoi qu'il en soit.
    Une fois seuls, Aaron me demande de m'installer. Jack est content de me voir, je le suis aussi.

    Il grandit à vue d'oeil.

    Souriant légèrement. C'est vrai que la dernière fois que je l'ai vu il ne faisait pas tant petit garçon, il est en train de grandir et Aaron le voit à peine je suis sûre. Les tristes réalitées de son métier. Mais il passe du temps avec lui, du moins assez pour entretenir une vraie complicité et une tendresse qu'eux seuls s'expliquent. C'est encore une facette que j'aime chez lui. Le père attentif. Et vu comme Jack le porte aux nues, il doit exceller dans son rôle de père.
    Je pose alors ma veste sur le dossier du canapé. Puis m'assied, mes mains sur mes genoux, oui je suis nerveuse, et alors ?

    Tu sais Aaron... Je sais pas ce que tu vas décider, je ne sais pas ce dont tu as envie, du moins pas encore. Mais je ne peux pas bosser à la BAU, pas à cause de toi, pas à cause de l'équipe, au contraire, mais c'est moi. Je tiendrais le choc une dizaine d'années, en étant optimiste, et après ? Je rentrerais tous les soirs avec la seule envie de me terrer sous ma couette en pleurant toutes les larmes de mon corps ? Je ne suis pas assez solide pour ça. Je ne le suis plus. Toi t'es fait pour ça, je le sais. Ca se voit. J'ai rendez-vous dans le bureau de Strauss demain matin pour lui expliquer tout ça.

    Je trouverais un boulot, un qui me plait, ou pas, il n'est jamais trop tard pour changer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://greysanatomyrpg.forumactif.com





Date d'inscription : 24/02/2011
Messages : 73
Job : Profiler / Chef D'équipe au FBI
Âge du perso : 36 ans
Libre pour RP ? : Oui
Avatar : Thomas Gibson
ID :




MessageSujet: Re: Talk is difficult, but without that, life is not possible [Aaron]   Mer 30 Mar - 16:32

    J'ai rater beaucoup de choses dans la vie de mon fils. Ces premiers pas, la première fois qu'il as fait du vélo, la première fois ou il a dit maman ou papa. J'ai rater tout sa. Alors j'essaye de me rattraper le plus possible maintenant, dans le temps qu'il me reste à lui consacrer. Je voudrais lui accorder plus de temps. J'aimerais beaucoup. Mais traquer les méchant est ce qui fait que mon fils parle de moi avec fierté. Je suis son héros, et c'est ce dont je suis le plus fiers. Mon fils es adorable et je ne peut malheureusement pas être fiers de bien plus de choses. Je ne l'ai pas tellement élevé. Mais j'ai fait du mieux que je pouvais. Aujourd'hui, j'évite au maximum de rentré tard quand j'ai la possibilité de rentrer chez moi et voir mon fils. Puis je ne peut pas monopolisé Jessica non plus. Je n'ai pas le droit de faire sa. Elle as sa vie elle aussi, bien qu'elle considère Jack comme son propre fils. Je jeta un regard vers la chambre de Jack, c'est vrai elle as raison. Il grandit à vue d'oeil.

    « Malheureusement. »

    Je ne vois pas quoi ajouter de plus. Je suis déjà bien assez conscient que mon fils grandit trop vite et que j'en loupe les trois quarts. Mais c'est une vie que j'ai choisit. Des gens ont besoin de moi. Et de toute façon je ne me vois pas rester à la maison comme as pût le faire Haley. J'ai toujours voulus que mon fils ai la meilleur éducation possible. Je pense que le fait que Haley n'ai pas de travail pour s'occuper un maximum de Jack, n'as fait qu'accentuer le fait qu'elle n'as pas supporté plus longtemps encore mon travail de fou. Elle était seule avec Jack toute la journée à la maison pendant que j'allais traquer des tueurs en séries aux quatre coin du monde mettant ma vie en danger à chaque moment. Me voir deux jours par semaine n'était pas une vie.
    Je pose mes bras sur mes genoux, j'écoutes ce qu'elle as me dire. Avant de prendre la parole à mon tour.

    « Je ne peut pas te forcer à faire un métier qui ne te correspond pas et qui ne feras que te détruire. Au contraire. Je ne vais pas détruire la personnalité d'une femme qui as sus me séduire. »

    Pas besoin d'en dire plus long. Je ne lui fais pas une déclaration d'amour de toute façon je ne sais pas en faire. Mais je lui fais savoir ce qu'elle veut savoir. Si je suis prêt ou non à m'engager dans une relation avec elle. Elle en as la réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





Date d'inscription : 22/03/2011
Messages : 53
Job : Généticienne, puis psy, puis... Ne sais plus.
Âge du perso : 35 ans
Libre pour RP ? : Off course !
Avatar : Elizabeth Mitchell
Credits : Lily
ID : Never say never
Age : 41
Localisation : Quantico




MessageSujet: Re: Talk is difficult, but without that, life is not possible [Aaron]   Mer 30 Mar - 16:54

    Je vois bien qu'Aaron vit mal le fait de rester trop loin de son fils. Il a l'impression de le perdre un peu plus chaque jour et je le comprend. Quitter son petit pour retrouver un monde qui n'inspire pas la confiance ni la sécurité, malgré qu'il l'ait choisi, n'est jamais facile. C'est comme tout métier ayant attrait à la criminalité, on ne se rend pas compte comme ça comment est le monde, et tant mieux, vivre dans l'ignorance à défaut de le faire dans l'innoncence est ce qu'il y a de mieux pour se protéger. Je ne sais pas si tout le monde a conscience que le monde est dangeureux, plus qu'avant sûrement.
    Je le regarde se servir un verre, que je refuse. Il a en lui toute la masculinité de l'homme qui rentre après une dure journée, mais rentre tout de même coucher son fils. Il a une droiture, des valeurs que l'on retrouve chez les hommes de loi. Du moins la plupart. Il aime lire à en juger par tous les bouquins soigneusement rangés sur les étagères, et je serais même prête à parier qu'ils le sont par ordre alphabétique.
    Je l'écoute s'ouvrir, il n'épanche pas ses sentiments mais il les fait comprendre, par le regard. Je reste interdite face à lui quelques instants.

    Te séduire ? Je dois comprendre quoi Aaron ?

    Je prend ses mains dans les miennes en m'approchant de lui, carressant le dos de mes pouces, je le regarde dans les yeux, depuis mon mari il est le premier regard masculin que j'ose soutenir. J'ai pour habitude de les baisser, c'est plus facile.
    J'ai besoin d'entendre les choses clairement, parce que je ne suis pas sûre de moi et que j'ai peur de me perdre. Ca fait quelques mois que nous nous tournons autour, sans trop oser, mais hier nous nous sommes embrassés. Ca ne veut peut être rien dire pour lui, je ne sais pas encore, mais je vais le découvrir.

    Quoi que tu veuilles Aaron, je suis prête à te suivre, mais il me faut savoir à quoi m'attendre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://greysanatomyrpg.forumactif.com





Date d'inscription : 24/02/2011
Messages : 73
Job : Profiler / Chef D'équipe au FBI
Âge du perso : 36 ans
Libre pour RP ? : Oui
Avatar : Thomas Gibson
ID :




MessageSujet: Re: Talk is difficult, but without that, life is not possible [Aaron]   Mer 30 Mar - 17:08

    Je ne sais pas tellement comment m'ouvrir. C'est une des choses que je n'ai jamais appris à faire. Je parle très peut pour dire l'essentiel, et dis tout à travers un simple regard. C'est la seule chose que je ne sait pas contrôler. Je regarde Elena avec douceur, je n'y peut rien c'est comme sa. Je regarde mon fils avec tendresse, et mes collègues avec amitié. Chaque regard contient une réponse à la question que vous vous posez à mon égard. Comment être plus sincère. On dis souvent que les paroles s'envolent, les regards eux apaisent et ne mentent pas. Je suis un homme qui ne mens pas de toute manière. J'ai horreur de sa, même pour venir à nos fin dans un but professionnel. Je ne laisse pas filtré la moindre émotion en paroles. Du moins j'essaye parfois de faire quelques efforts, mais sa me coûte beaucoup. Comme la ou elle me demande de m'exprimer un peut plus. J'ai du mal. Je ne sais pas comment lui dire. Ce n'est pas dans mes habitudes et sa déroges à mes propres règles. Je pensais être éternellement fidèle à Haley et voila que maintenant je dois faire face à de nouveaux sentiments.

    « Ca vaut surement le coup d'essayer. Tu es quelqu'un de bien pour Jack. Et quelqu'un de bien pour moi. Cependant tu ne dois pas t'attendre à ce que je sois à huit heures tout les soirs à la maison. Un départ peut prendre plusieurs jours. Voir des semaines dans le pire des cas. Mais je ferais ce que je pourrais. »

    Je baisse mon regard sur ces mains qui sont sur les miennes. Ces pouces qui caressent mes mains sont doux. Mes pouces à moi caresse le côté de ces mains. J'essaye de réapprendre à subvenir aux besoin d'une femme. C'est quelque chose que je n'ai pas fait depuis bien longtemps. Mais en même temps sa ne peut que me faire du bien. Et je pense que sa lui feras du bien aussi. Elle en as besoin. La vie l'as meurtrie. Tout comme elle m'as meurtrie, chacun à nôtre manière. Mais à deux on ne s'en sort que mieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





Date d'inscription : 22/03/2011
Messages : 53
Job : Généticienne, puis psy, puis... Ne sais plus.
Âge du perso : 35 ans
Libre pour RP ? : Off course !
Avatar : Elizabeth Mitchell
Credits : Lily
ID : Never say never
Age : 41
Localisation : Quantico




MessageSujet: Re: Talk is difficult, but without that, life is not possible [Aaron]   Mer 30 Mar - 17:51

    Discuter avec Aaron est à double tranchant. Tout se passe très bien tant qu'on parle boulot, mais sorti de ça on dirait qu'il se mure dans une carapace et que personne ne peut l'en faire sortir, sauf lui même. Ce n'est pas quelqu'un de très loquace, mais ça on s'y fait, je dirais simplement que pour le déchiffrer ce serait sans doute plus facile. C'est une équation à multiples inconnus avec lui. Seul son regard trahit son ressenti et c'est une chose qui m'a toujours perturbée chez lui. Pas en mal, il suffit juste que je tente de le comprendre, voila tout.
    Je sens ses mains caresser les miennes et intérieurement, je souris, en baissant la tête. Je l'écoute.

    Je sais déjà tout ça. Et je ne te demande rien de plus.

    J'approche ma tête de la sienne et tente un baiser, auquel il répond, je ne lâche pas ses mains. Je me fais encore plus douce et fini par poser mon front contre sa joue, en souriant. On a quelque chose à construire tous les deux, même si ça ne dure pas toute une vie, ça durera le temps que ça pourra, mais peut être avons nous quelque chose de précieux à retirer de tout ça, une confiance mutuelle qui nous permettra de devenir plus forts l'un et l'autre.

    Je sais comment tu es Aaron et je ne veux pas que tu changes, c'est toi que je veux et pas un autre. Et si en plus je peux t'aider à devenir celui que tu voudrais... Je ne t'aiderais pas à oublier Haley, parce que tu ne dois pas, elle est importante pour toi, comme pour Jack. Je sais où est ma place et je n'en veux pas plus.

    Je parle pour 10 mais je suis nerveuse. Je me réfugie dans son cou, le temps de prendre la force de le quitter pour rentrer chez moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://greysanatomyrpg.forumactif.com





Date d'inscription : 24/02/2011
Messages : 73
Job : Profiler / Chef D'équipe au FBI
Âge du perso : 36 ans
Libre pour RP ? : Oui
Avatar : Thomas Gibson
ID :




MessageSujet: Re: Talk is difficult, but without that, life is not possible [Aaron]   Jeu 31 Mar - 1:19

    Je ne suis pas du genre à m'étaler sur un sujet quel qu'il soit. Je suis comme sa. Parler n'est pas une nécessité pour moi. Je suis quelqu'un de très introvertie et je ne ressent pas le besoin d'exprimer les choses comme la plupart des gens. Je sais parler quand il le faut, certains sujets méritent des paroles. Nôtre relation nécessite des gestes, des regards, des attentions. Dire à une femme que vous l'aimer alors que vous lui tapez dessus à longueur de journée n'as aucun sens. Moi je le disais rarement à Haley, cependant je le lui montrais chaque jour dans la mesure du possible. C'est ma façon d'être, et c'est ce qui peut faire que je ne suis pas très sociables en dehors de ma famille ou de mon équipe. Je ne parle que lorsque j'ai confiance, sinon j'évite tout contact. Mais je pense être quelqu'un de bien pour ces raisons la aussi. Haley disait que sa faisait partie de mon charme paraît-il. Je ne savais même pas que j'en avais. Je me sous estime pas, cependant je pense que Morgan en as beaucoup plus.

    Je lui dis alors ce qu'elle veut savoir. Elle as eu sa réponse comme je disais. Nous sommes côte à côte sur le canapé, comme un couple à vrai dire. Nos mains l'une dans l'autre. Elle approche son visage du miens et je fais le reste du chemin pour entamer un doux baiser. Je ne suis pas du genre baiser langoureux, seulement quand il faut, c'est encore une chose que je fais uniquement quand il y a besoin. Je lâche une de ces mains pour passer la mienne dans son dos. Mon pouce va et viens dans ce dernier pour lui apporter un minimum de douceur et d'attention. Ce qu'elle attend de moi je pense, et ce que j'ai envie de lui donner. Je l'écoutes parler, jusqu'au dernier mot, je n'en rate pas une miette.

    « Tout ce que je veux, c'est le bien de mon fils. Moi je passe après. Il as déjà une vie bien assez mouvementé comme sa. Et je pense que le faite que tu n'entre pas à la BAU, est une bonne chose si nôtre relation fonctionne. Il auras une présence maternelle en quelque sorte. Jessica l'est aussi, mais le fait que l'on soit ensemble, ce seras pas la même relation que vous aurez, et sa ne peut qu'être bien pour lui et à la fois bien pour moi. »

    Je suis claire avec elle. Comme elle me l'as demander. Jack me demandais souvent si Elena était comme sa nouvelle maman. Parce qu'il nous voyait ensemble quand nous avons ressentis le besoin d'évacuer la période Foyet. A chaque fois je lui expliquait qu'il n'aurait pas de nouvelle maman, mais une personne qui lui apporterais autant d'amour qu'Haley l'as eut fait et l'aurait fait encore.

    « Jack attendais plus cet évènement que moi. Je ne sais pas comment mais il as compris. » Je regarda ma montre puis lui dit. « Il se fait tard, il n'y as plus de taxi, et de toute façon je ne te fais pas rentrer à cette heure ci. » Ma façon de l'inviter à rester. Je n'ai pas envie qu'elle reparte. Si il faut je la raccompagnerais si elle insiste vraiment. Je ne veux pas non plus la forcer. Mais j'aimerais passer un peut de temps tant que je suis la avec elle. Le temps est précieux, surtout quand on as un travail comme le miens.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





Date d'inscription : 22/03/2011
Messages : 53
Job : Généticienne, puis psy, puis... Ne sais plus.
Âge du perso : 35 ans
Libre pour RP ? : Off course !
Avatar : Elizabeth Mitchell
Credits : Lily
ID : Never say never
Age : 41
Localisation : Quantico




MessageSujet: Re: Talk is difficult, but without that, life is not possible [Aaron]   Jeu 31 Mar - 2:34

    Je suis le genre de femme très discrète, sans doute trop pour être prise au sérieux, mais comme toute femme j'ai besoin de discuter, parler, d'entendre des mots. Les femmes ont besoin de mots pour les rassurer, les hommes ont besoin des actes. Les femmes sont rêveuses, les hommes sont concrêts, c'est aussi simple que ça selon moi. Toujours est il qu'Aaron et moi ne sommes pas sur la même longueur d'ondes concernant ce schéma là. A nous de passer au dessus. Je pense que je pourrais apprendre à me faire une raison et lire en Aaron, c'est un personnage très secret mais qui ne se ferme pas automatiquement à la critique, ni à ce que je pourrais lui dire. J'aime cette ouverture d'esprit qui n'est pas décellable au premier abord.

    Je peux être là pour Jack, peut être pas autant ni aussi bien qu'Haley mais je peux tenter de faire de mon mieux. Je ne suis pas mère et je n'ai jamais eu l'occasion de l'être, mais je veux bien essayer. Jack est super, et très facile.

    J'en avais croisé quelques uns des enfants dans ce genre de difficultés, ils ne réagissaient pas tous avec autant de maturité. Mais Jack n'avait pas 4 ans dans sa tête, ni même 5, tout du moins dans sa façon de procéder. Bien sûr ses jeux et ses besoins de câlins coïncidaient avec son âge, mais sa compréhension, ses réactions, tout ça n'était pas habituel pour un enfant de son âge, il avait un courage hors normes.

    Tu n'as pas peur que... Ce soit trop tôt ou... Enfin c'est toi qui voit.

    Je ne voulais pas m'imposer, ni dans notre relation ni dans ma place ici. Je n'étais que la petite amie officielle depuis 10 minutes alors... Encore faudrait il le dire à toute l'équipe et ça risque d'être compliqué.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://greysanatomyrpg.forumactif.com





Date d'inscription : 24/02/2011
Messages : 73
Job : Profiler / Chef D'équipe au FBI
Âge du perso : 36 ans
Libre pour RP ? : Oui
Avatar : Thomas Gibson
ID :




MessageSujet: Re: Talk is difficult, but without that, life is not possible [Aaron]   Jeu 31 Mar - 2:52

    Je suis quelqu'un d'assez simple et à la fois compliquer. Je m'explique. Je n'ai pas besoin de beaucoup de choses pour être comblé. A vrai dire quand on me regarde je ne pense pas qu'on puisse penser un jour que je sois comblé. Pourtant, jusqu'à il y a quelques années, j'avais un travail qui me passionnait et une famille que j'aimais par dessus tout. Alors malgré mes peut de sourire, et mon air froid et autoritaire, j'étais quelqu'un de comblé. S'en suis ma descente aux enfers. Mon divorce pour commencer. Rentrer chez soit et trouver sa maison vide, sans femme ni enfant, n'est pas quelque chose facile à encaisser. Vous passez vôtre temps à construire une vie dont tout le monde rêverais, et en quelque jours, une décision de trop venant de vous, tout es anéantis. Je n'ai jamais eu la preuve que ma femme avait un amant, cependant j'avais quelques doutes.

    Lorsque je dis que je suis compliquer. Je veux dire par la que me comprendre, et apprendre à savoir comment je fonctionne n'est pas une chose simple. Je ne parle pas ou très peut. Sa n'aide pas vraiment. Je suis un grand timide qui as peur de marcher sur les plates bandes. Mettez moi dans une pièce avec une ou un inconnue et vous verrez que Jack auras plus de conversation que moi. Je ne suis pas à l'aise dans certaines situation, et le suis tellement pour d'autres.

    « Je ne doute pas de ta complicité avec Jack. Je sais que tout ce passeras bien. »

    Je mima un semblant de sourire tout en relevant le regard vers elle. Haley me faisait sourire, Elena commence légèrement, mais je ne doute pas de ces capacités à me faire sourire à nouveau. Sa viendra avec le temps. Mon pouce caressant le dos de sa main, je déposa un doux baiser sur son front, fermant les yeux restant un instant immobile.

    « Je ne te force pas. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





Date d'inscription : 22/03/2011
Messages : 53
Job : Généticienne, puis psy, puis... Ne sais plus.
Âge du perso : 35 ans
Libre pour RP ? : Off course !
Avatar : Elizabeth Mitchell
Credits : Lily
ID : Never say never
Age : 41
Localisation : Quantico




MessageSujet: Re: Talk is difficult, but without that, life is not possible [Aaron]   Ven 1 Avr - 0:53

    Je ne suis pas compliquée non plus. Une femme comblée pour moi est une femme heureuse. Tout dépend sous quel angle on appréhende le bonheur, tout dépend surtout de l'homme je pense. Et Aaron correspondait à mes valeurs. Je serais comblée par le respect, par l'estime. Si je me voyais briller dans ses yeux. Vu qu'il n'est pas loquace, tout passe par le regard, une raison de plus de me dire que je n'ai pas à avoir peur, bien au contraire. Et puis il va falloir qu'il s'ouvre un peu plus, que je sache comment le rendre heureux. Qu'il me parle du strict minimum, même si je sais que pour le moment, son bonheur passe par Jack. Je ne veux pas prendre la place d'Haley dans le coeur du petit garçon, parce qu'il ne doit pas l'oublier, au contraire. Mais je pourrais l'aider et lui apporter le soutient et le lien maternel dont il a peut être besoin, je lui fais confiance, je ferais en fonction de sa demande.

    Non, je reste. Mais je veux que ça t'aille à toi aussi. On doit y aller doucement tous les deux.

    Je planta mon regard bleu dans le sien, caressant sa joue, me serrant contre lui, rassurée. Je passa mes mains sous sa veste pour caresser son dos au travers de sa chemise. Aaron était quelqu'un de rassurant, et même si le doute m'emplissait, il me fallait prendre sur moi, une fois que nous serions installés dans notre façon de penser, tout paraîtrait plus naturel.

    On va se coucher ? Je suis crevée.

    Oui il a l'habitude de ce genre de grosses journées et petites nuits. Moi beaucoup moins, même s'il m'est arrivé plus d'une fois de passer des nuits entières dans mon labo derrière mon microscope plutôt que dans ma chambre à pleurer toutes les larmes de mon corps en attendant Ed.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://greysanatomyrpg.forumactif.com





Date d'inscription : 24/02/2011
Messages : 73
Job : Profiler / Chef D'équipe au FBI
Âge du perso : 36 ans
Libre pour RP ? : Oui
Avatar : Thomas Gibson
ID :




MessageSujet: Re: Talk is difficult, but without that, life is not possible [Aaron]   Lun 4 Avr - 1:30

    J'aime les choses bien faite, comme tout homme qui se respecte. Je voulais simplement pas me jeter dans la gueule du loup comme on peut dire vulgairement. Et puis je ne devais pas faire n'importe quoi non plus. J'ai un petit garçon qui doit as besoin de stabilité étant en train de grandir un peut chaque jour. Une figure maternelle ne peut que lui faire du bien. Le fait qu'il me voit en compagnie d'une femme qui lui apporteras autant d'amour que sa mère va le rassurer, et moi également. Je n'aime pas faire les choses n'importe comment, et la une fois encore, j'avais peser le pour et le contre avant de me décider dans ma décision.
    Je n'ajoutas rien au fait qu'elle me dise qu'elle voulait simplement être sur que sa m'aille. Elle voulait aller doucement et moi aussi. Mais j'avoue avoir besoin de profiter un peut d'une présence féminine, sans pour autant aller plus loin dès ce soir. J'ai besoin de me rassuré moi même. Et le fait d'avoir une femme avec moi pour passer la nuit, va me faire du bien. J'ai besoin de cette compagnie qui n'est que plaisante même si je le montre pas. Et puis avec la tendresse que je suis en train de lui apporter en ce moment même, je n'ai pas besoin de lui dire que sa ira pour moi, elle va le savoir. Même si elle n'as pas encore appris à lire dans mes gestes et mes regards, ceux ci ne sont pas bien compliquer à comprendre. Elle était donc fatigué. Elle voulait aller se coucher. Moi j'avais l'habitude de ne pas dormir des heures et des heures, donc cela ne me dérangeais pas.

    « Oui allons nous couché. »

    Je me leva donc après avoir déposer un dernier baiser sur son front et alla en direction de ma chambre. Une fois encore on peut voir en étudiant mon comportement que j'ai besoin d'avoir le plus de contact possible avec mon fils. Sa chambre est juste à côté de la mienne. Si jamais il y a le moindre soucis, je peut l'entendre, ou lui peut venir me rejoindre. Jack ne dors tout seul que depuis quelques mois. Avant, il dormais avec moi. Il n'y arrivait pas sinon. Et quand je rentrais, même si lui dormais, au moins je pouvais passer la nuit à ces côté et être avec lui un minimum. Je pris quelques affaires à moi avant de les enfiler pour la nuit. J'attrapa un de mes pull pour le lui tendre pour qu'elle ai quelque chose pour dormir. Et je ne voyais pas tellement quoi lui donner d'autres, j'suis pas très doué pour les tenues improvisée de nuit.

    « Si tu as besoin d'un bas je te laisse faire ton choix. »


    Dis-je alors avant de soulever les draps et de me glisser à l'intérieur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





Date d'inscription : 22/03/2011
Messages : 53
Job : Généticienne, puis psy, puis... Ne sais plus.
Âge du perso : 35 ans
Libre pour RP ? : Off course !
Avatar : Elizabeth Mitchell
Credits : Lily
ID : Never say never
Age : 41
Localisation : Quantico




MessageSujet: Re: Talk is difficult, but without that, life is not possible [Aaron]   Lun 4 Avr - 10:18

    Le sommeil est alternatif chez certaines personnes. Je ne sais pas si ma fatigue était plus morale que physique mais j'avais besoin de me déconnecter un peu de tout ça. Cette enquête n'avait pas été de tout repos pour une novice telle que je l'étais et que je suis encore. Je n'ai pas l'estomac assez solide pour faire mon boulot correctement, les nerfs non plus. Je suis réaliste, je vois bien où tout ça me mènera, je m'implique beaucoup trop, largement plus que JJ, et ce n'est pas une bonne chose, au contraire. Elle a son petit garçon auquel se raccrocher en rentrant, moi j'avais ma soeur, qui fait sa vie à présent, comme toute jeune fille de son âge et je ne peux pas l'en blâmer. Toujours est il qu'il nous faut quelque chose ou quelqu'un à retrouver en rentrant d'une enquête, quelle qu'elle soit. Il n'y a pas d'horreur plus agréable qu'une autre à traiter. Le monde est noir, et je ne le soupçonnais pas ainsi. Malheureusement il faut faire avec et ce n'est pas donné à tout le monde. Comme le disait Aaron, il y en a qui sont nés pour devenir assasins, d'autre pour les arrêter. Je suis assez d'accord avec le principe.

    Nous partîmes nous coucher, là encore on notait l'engagement du papa dans sa relation avec Jack. Sa chambre était à deux pas de celle de son fils, histoire de ne pas louper ses pleurs en cas de cauchemars, tout parent aurait fait la même chose, du moins moi je l'aurais fait. Je ne sais pas encore ce qu'être maman veut dire, mais je l'image déjà, et j'ai envie de connaître ça un jour moi aussi. J'ai consacré 10 bonnes années de ma vie à la fécondation et la génétique. J'ai fais naître des dizaines de bébés, et à chaque fois le sourire de la mère est inimitable à moins de l'être soit même.
    Aaron me tendit un pull, que j'enfila sans demander mon reste, je ne tenais plus debout. On repasserait pour la nuit romantique, mais on avait décidé d'y aller doucement tous les deux, le minimum syndical pour nous deux, ayant un souvenir assez vif de notre dernière relation. Ne pas se précipiter, c'était sans nul doute la base. Posant ma tête contre l'épaule d'Aaron, je m'endormis sans demander mon reste, rassurée. Les cauchemars ne tarderaient sans doute pas, c'est le lot quotidien de chaque enquêteur quoi qu'il en soit.

    [Sujet Clos]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://greysanatomyrpg.forumactif.com

Contenu sponsorisé








MessageSujet: Re: Talk is difficult, but without that, life is not possible [Aaron]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Talk is difficult, but without that, life is not possible [Aaron]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
i n v e s t i g a t e . s e r v i c e s ™ :: Washington D.C. :: Centre Ville :: Habitations :: Appartement d'Aaron Hotchner-